Skip to main content

Le recyclage du matériel informatique est un enjeu majeur de notre époque ! Les 14 chiffres et données que nous vous proposons de découvrir soulignent l’importance de la question.

Ils mettent également en lumière le chemin qu’il reste à parcourir pour parvenir à une gestion plus responsable du matériel informatique que nous produisons.

17% des DEEE au niveau mondial sont collectés en vue d’un recyclage

Selon le rapport du Global E-waste Monitor 2020, seulement 17 % des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) produits à l’échelle mondiale sont collectés en vue d’un recyclage approprié.

Malheureusement, une partie importante des DEEE qui ne sont pas collectés sont incinérés, ce qui peut libérer des substances toxiques dans l’atmosphère et contribuer à la pollution de l’air. D’autres sont enfouis dans des décharges, ce qui pose des problèmes environnementaux tels que la contamination des sols et des eaux souterraines.

En outre, une proportion significative de ces déchets électroniques suit des circuits illégaux. Cela signifie qu’ils sont traités de manière informelle et souvent dans des conditions précaires, sans respect des normes environnementales et sanitaires.

40 % des entreprises affirment qu’au moins deux tiers de leurs équipements sont reconditionnés

Le réemploi et le reconditionnement des équipements électroniques offrent de nombreux avantages tant sur le plan environnemental que sur le plan économique.

Les chiffres indiquant que 40 % des entreprises affirment que deux tiers de leurs équipements sont reconditionnés témoignent de l’importance croissante de cette pratique bénéfique.

Le réemploi permet de prolonger leur durée de vie et de maximiser l’utilisation du matériel informatique. Reconditionner des appareils électroniques permet de préserver les matières premières précieuses et les ressources énergétiques nécessaires à la fabrication de nouveaux équipements.

47 % des émissions de GES sont générées par du matériel informatique

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), les data centers contribuent à l’émission de ces GES à hauteur de 25 %.

Environ 28 % des émissions de GES sont attribuées aux infrastructures réseau nécessaires à la connectivité et à la transmission des données (réseaux de télécommunication, câbles sous-marins, antennes, équipements de réseau…).

34 kg de matières premières sont en moyenne nécessaires pour fabriquer 100 g de matériel informatique.

En moyenne, la fabrication de 100 grammes de matériel informatique nécessite environ 34 kilogrammes de matières premières ! Ces matières premières comprennent une variété d’éléments, tels que les hydrocarbures, les minéraux, les métaux et les terres rares.

  • Les hydrocarbures sont utilisés dans la production de plastiques et de composants électroniques. Ils sont à ce jour nécessaires pour fabriquer des boîtiers, des câbles et d’autres parties des équipements informatiques.
  • Les minéraux, tels que le silicium, sont quant à eux utilisés pour la fabrication de puces électroniques et de panneaux solaires. Le silicium est aujourd’hui particulièrement important dans l’industrie informatique en raison de ses propriétés semi-conductrices.

L’extraction de ces matières premières peut également impliquer le déplacement de grandes quantités de terres et de sols, ce qui entraîne des perturbations environnementales significatives comme la déforestation, l’érosion des sols et la contamination des cours d’eau.

Des ressources vouées à disparaître dans 100 ans

Une information plus qu’alarmante !

Selon une déclaration de la Société européenne de chimie de 2022, l’utilisation non durable de certains éléments présents dans les smartphones présente une menace sérieuse d’épuisement dans les 100 prochaines années.

Ces éléments comprennent :

  • le carbone, utilisé dans les batteries des smartphones,
  • l’yttrium et le gallium, tous deux utilisés pour la fabrication d’écrans et de composants électroniques.
  • l’arsenic et l’indium, très appréciés pour la création de cellules photovoltaïques et la capture de la lumière solaire,
  • l’argent, pour concevoir des contacts électriques,
  • et le tantale, sollicité dans la production de condensateurs.

Leur disponibilité en quantités suffisantes et leur extraction durable sont depuis quelques années remises en question.

1 million d’ordinateurs sont envoyés à la casse chaque année par les entreprises

Ces ordinateurs, perçus comme obsolètes, peuvent en réalité encore servir… 2.5 millions sont en moyenne mis au rebut. Une étude de BNP Paribas 3 Step IT estime d’ailleurs que 39 % des entreprises françaises stockent un matériel informatique alors qu’il pourrait être réemployé.

880 kg de C02 sont générés lors de la fabrication d’un seul ordinateur

Un chiffre effrayant, tout comme celui qui concerne l’utilisation quotidienne d’un ordinateur… Il est en effet estimé qu’en moyenne, un ordinateur émet 247 kg de CO2 chaque année.

Il est donc crucial de mettre en œuvre des solutions responsables pour réduire l’empreinte carbone associée à l’utilisation d’ordinateurs. Par exemple, l’installation de bloqueurs de publicités et l’utilisation de moteurs de recherche plus écologiques lors des recherches en ligne (comme Ecosia, Qwant ou Opera) peuvent contribuer à une utilisation plus éco-responsable de votre ordinateur.

De plus, la désinscription aux courriers de newsletters non désirées contribue à réduire la surcharge des boîtes de messagerie, ce qui entraîne une consommation d’énergie moindre.

Pour limiter la fabrication de nouveaux ordinateurs et réduire davantage l’empreinte carbone, il est essentiel de favoriser le réemploi des ordinateurs encore fonctionnels. L’achat d’un ordinateur reconditionné, dont la durée de vie est prolongée de 4 à 5 années supplémentaires, permet d’éviter la fabrication d’un nouvel appareil. De plus, les produits reconditionnés sont souvent plus abordables en termes de coûts, ce qui les rend accessibles à un plus grand nombre de personnes et de petites entreprises, dont les moyens sont souvent limités.

En 2020, le taux de recyclage était de 77% en France

En France, environ 849 097 tonnes de déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) ont été collectées en 2020, qu’ils proviennent de particuliers ou d’entreprises.

Il est encourageant de constater qu’un taux de recyclage de 77 % a été atteint cette année-là. La majorité des DEEE collectés ont été traités de manière responsable, en récupérant les matériaux précieux et en évitant leur accumulation dans les décharges.

En ce qui concerne les DEEE professionnels, le taux de recyclage moyen en France était de 84,5 % en 2019, selon l’Agence de la transition écologique (Ademe). Cela prouve que les entreprises sont également engagées dans la gestion durable de leurs équipements électroniques obsolètes.

Ces taux de recyclage relativement élevés sont le résultat des efforts déployés pour mettre en place des systèmes de collecte et de traitement appropriés des DEEE.

Chez Cèdre, nous accordons une grande importance à la gestion des déchets d’entreprise provenant de matériel informatique qualifié comme étant hors d’usage.

En savoir plus sur nos missions

Un ordinateur pèse 10 fois son poids en matières premières

Selon certaines estimations, environ 10 kilogrammes de matières premières sont nécessaires pour produire un seul ordinateur neuf.

La production de ces matières premières peut avoir des impacts environnementaux significatifs. L’extraction minière entraîne la destruction des habitats naturels, la pollution des sols et des ressources en eau, ainsi que la libération de substances toxiques dans l’environnement. Ces polluants sont très longs à se résorber, et parfois éternels.

Un appareil en veille consomme environ un tiers de sa consommation

Lorsqu’un appareil électronique est en mode veille, il continue de consommer de l’énergie même s’il n’est pas utilisé activement.

La consommation d’énergie en mode veille est souvent négligée, car les appareils semblent être éteints ou inactifs. De nombreux appareils électroniques restent ainsi en mode veille pour des raisons pratiques, tels que les téléviseurs, les ordinateurs, les box internet, les appareils électroménagers connectés, etc.

Cependant, cette fonctionnalité implique un coût énergétique conséquent.

En 2019, le monde a généré 53,6 millions de tonnes de matériel informatique

La quantité de matériel informatique générée dans le monde est en constante augmentation. En 2019, la production mondiale représentait une moyenne de 7,3 kilogrammes par personne. Pour mettre cette quantité en perspective, on peut dire que c’est l’équivalent en poids de 350 bateaux de croisière !

Cette tendance à la hausse devrait se poursuivre à l’avenir.

D’ici à 2030, on estime que la masse annuelle planétaire de matériel informatique atteindra les 74,7 millions de tonnes. Une augmentation principalement due à la demande de TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) qui continue de croître très rapidement.

Les ordinateurs, les smartphones, les tablettes et d’autres appareils électroniques sont en effet devenus omniprésents dans notre vie quotidienne et celle des entreprises, ce qui se traduit par une production accrue de matériel informatique.

De plus, les cycles de vie des produits électroniques sont plus courts que par le passé. Les utilisateurs sont constamment incités à mettre à niveau leurs appareils pour accéder aux dernières fonctionnalités et aux performances améliorées.

En France, 1,4 million de tonnes de déchets informatiques sont produites chaque année

En France, la production annuelle de déchets informatiques atteint 1,4 million de tonnes, englobant une diversité d’appareils allant des machines à café aux chargeurs de batterie et aux imprimantes. Malheureusement, seuls 40 % de ces déchets sont recyclés, ce qui soulève des préoccupations quant à la gestion appropriée de cette catégorie de déchets.

25% des PME européennes mesurent l’empreinte carbone associée à leur matériel informatique

Selon une enquête réalisée par BNP Paribas en 2020, seules 25 % des petites et moyennes entreprises (PME) en Europe perçoivent l’impact carbone de leurs dispositifs technologiques, ce chiffre étant deux fois inférieur à celui des grandes organisations.

La fabrication de matériel informatique représente 97% de l’épuisement de nos ressources !

La fabrication de nouveau matériel informatique représente également :

  • 29% de la consommation énergétique dans le monde,
  • 54% des émissions de GES,
  • et 61% de notre utilisation en eau.

Les équipements utilisés par les travailleurs (ordinateurs, moniteurs, accessoires) et l’infrastructure informatique (bâtiments, moyens de déplacement et outils des responsables du système d’information) représentent entre 44 % et 66 % de l’ensemble des effets environnementaux, en fonction de l’entreprise.

Il convient de souligner que la consommation d’énergie des centres de données n’est pas la principale cause des conséquences, contrairement à ce que l’on pourrait penser.

En résumé

  • Comme en témoignent les chiffres et statistiques, l’impact de l’industrie informatique sur notre planète est de plus en plus lourd et nécessite l’adoption de meilleures pratiques et de plus de moyens.
  • En encourageant l’utilisation durable de nos équipements électroniques et leur valorisation, nous pouvons contribuer à réduire l’empreinte carbone de l’industrie informatique et à minimiser notre impact sur l’environnement.
  • Le recyclage des D3E nécessite des processus complexes et encadrés. Des experts comme Cèdre habilités à traiter ce type de mission peuvent ralentir la tendance actuellement observée à l’échelle mondiale.

Demandez un devis

Sources :